Quand on pense que mon cheval est "facile"

Est-ce qu'on vous a déjà dit que votre cheval était facile et que donc vous pouviez tout faire avec mais qu'avec un autre cheval ça ne se passerait pas aussi bien ? Pendant longtemps j'ai eu mes chevaux chez moi et donc très peu de regards extérieurs mais depuis que j'ai des chevaux en DP dans une écurie, forcément on me voit monter, on me voit travailler et évoluer et j'ai eu cette fameuse phrase. Ça m'a fait réfléchir alors j'ai eu envie d'écrire sur le sujet.

Un peu de contexte

Depuis quelques mois je monte Patek en licol pour certaines séances. Patek c'est un petit cheval de sport qui adore les CSO, qui est était très sur l’œil en extérieur et avec qui j'ai commencé le travail à pied il y a environ 10 mois. C'est un cheval très gentil et proche de l'homme mais qui a quand même son caractère et sait dire quand quelque chose ne lui plaît pas.

Quand j'ai commencé à travailler avec Patek on s'était accordé avec sa propriétaire pour que je fasse des séances à pied et je lui avait un peu expliqué ma philosophie et ce qu'est le horsemanship pour qu'elle comprenne ma façon de travailler avec lui. Mon objectif à ce moment c'était simplement de pratiquer pour m'améliorer, j'avais passé mes Savoirs 1 et 2 quelques mois plus tôt (je vous avais d'ailleurs parlé de mon stage d'équitation éthologique à ce moment-là) et je ne voulais pas perdre la main. Je voulais améliorer ma lecture du cheval et je voulais aussi communiquer facilement et efficacement avec Patek.

Les premières séances ont été un peu compliqué, il était très agité (impossible de rester immobile 5 secondes par exemple), il était aussi un peu perdu quand j'utilisais mon stick puis petit à petit on a mis en place certains codes et il a commencé à mieux m'observer et à analyser mes demandes. Il a appris à "ne rien faire" et on a beaucoup évolué ensemble.

Back to basics

Quand on commence à travailler avec un cheval déjà monté on peut imaginer que les étapes basiques ne seront qu'une formalité, que ça va rouler et qu'on va vite pouvoir aller sur des exercices un peu plus techniques et aller vers plus de finesse rapidement. J'ai bien vite compris qu'il n'en était rien ! Cheval monté ne signifie pas forcément cheval éduqué (ou du moins pas comme je l'entends).

On a donc commencé par des choses très simples et primordiales : le respect de ma bulle et le fait de céder aux pressions plutôt que d'aller contre (security first!). Ces deux là sont des choses qui, je pense, peuvent être travaillé tout au long de la vie du cheval parce qu'un rappel ne sera jamais inutile ou superflu.

J'ai aussi rapidement intégré des exercices de confiance et de relâchement (type "jeu de l'amitié" pour celleux qui connaissent Parelli) afin qu'il prenne confiance en moi et qu'il ne soit pas effrayé par mes outils.

Vers un travail plus poussé à pied...

Une fois que j'ai jugé ces étapes suffisamment comprises on a pu commencer à ajouter des exercices un peu plus fun et diversifiés dans nos séances. J'ai par exemple mis assez tôt le travail sur le cercle parce que Patek y répondait très bien et que ça me permet de travailler beaucoup de choses : éventuellement le reculé, l'envoi sur le cercle et donc la mise en avant, les changements de direction et donc le fait de céder l'épaule intérieure, les changements d'allures et éventuellement le désengagement des hanches à distance, l'autonomie. Bref, tout un tas de possibilités !

J'ai aussi inclus le touch it (demander au cheval d'aller toucher un objet par suggestion) et quel exercice riche ! Je pense rédiger un article sur le sujet tellement j'ai découvert ses bienfaits en le travaillant avec Patek.

...avant de passer à la monte sans mors

Comme expliqué en introduction, Patek est un cheval qui a été éduqué de façon "classique", il a toujours été monté en mors et même si je gardais ce petit rêve dans un coin de ma tête je n'osais pas vraiment l'imaginer. Finalement après avoir travaillé plusieurs mois et voyant son évolution j'ai voulu essayer. J'ai fait ma première séance dans la carrière avec pour objectif de vérifier si je pouvais avoir de la direction et des freins au pas. Avant de me mettre en selle on a fait un petit échauffement à pied pour revoir ces exercices et une fois à cheval il a réagit comme si ça n'était qu'une formalité !

 

Est-ce que ça aurait été le cas quelques mois plus tôt ? Je ne pense pas.

Je monte sans mors parce que je monte un cheval facile ?

Certaines personnes m'ont dit que je pouvais le monter sans mors parce qu'il avait l'air "facile" ou encore qu'elles ne pourraient pas parce que leur cheval est trop "compliqué". Je n'aime pas qu'on dise d'un cheval qu'il est facile ou difficile parce que je ne pense pas que ça existe. Un cheval n'est pas compliqué à monter par nature, il n'aura jamais la volonté d'embêter son cavalier ou de faire une erreur exprès. Peut-être que ce cheval compliqué a simplement un cavalier qui explique et/ou qui demande mal et/ou trop tôt les choses et/ou qui ne respecte pas les capacités physiques et émotionnelle de son cheval. Je pense que tous les chevaux peuvent être monté sans mors, encore faut-il que leur cavalier en ait envie et prenne le temps de l'éduquer. Si le passage sans mors s'est fait si facilement pour Patek c'est parce que j'ai pris le temps à pied avant. On a appris à communiquer ensemble, il a gagné en confiance en lui et en confiance en moi également, il a compris comment réagir aux pressions du licol et il était déjà bien éduqué pour réagir au poids du cavalier et aux jambes. C'est tout ce travail préparatoire qui permet de rendre les choses faciles, pas le caractère du cheval.

Enregistrer un commentaire

0 Commentaires