L'automne et ses galères : les pieds dans la boue !

Il fait encore chaud mais l’automne va bientôt commencer à s’installer et c’est une saison durant laquelle mon attention se porte en particulier sur les membres des chevaux. Je vous donne mes petits conseils pour garder des jambes saines dans la suite de cet article...

Après la sécheresse et la canicule estivale, les épisodes pluvieux potentiellement suivis d’un fort ensoleillement mettent nos loulous à l’épreuve. Les mois de septembre et octobre voient leurs lots de crevasses du paturon, gales de boue et autre irritations dont on se passerait bien !

Afin de limiter ces problèmes, je vous partage mon petit guide :
  • Tu laisseras les fanons en paix ! En effet, les longs poils du paturon permettent à l’eau de ruisseler et d’être évacuée sans stagner dans le pli du paturon. Les couper retire cette action et l’humidité ainsi favorisée permet l’apparition de diverses pathologies.
  • Tu prendras grand soin des membres de ton cheval ! Parce que oui : l’humidité ne peut pas être évitée à 100 %, il faut donc redoubler de vigilance. On profite d’une séance pour bien sécher les membres (avec une serviette en microfibre par exemple) et vérifier qu'aucune lésion n’apparaît. Par temps très humide, cette vérification doit être faite quotidiennement si l'on veut réagir à temps en cas de problème.
  • Tu soigneras en douceur ! Si des croûtes se forment (en cas de gale de boue par exemple), le mieux est de nettoyer la zone  régulièrement avec un savon antiseptique (type Bétadine) et de bien sécher le tout. L’application d’une crème antibactérienne et antifongique grasse peut être bénéfique (à défaut le miel fait des miracles !). Il est fortement déconseillé d’arracher les croûtes, la cicatrisation serait alors plus longue et le risque de surinfection plus élevé. En cas de gale de boue sévère il peut être préconisé de bander le membre afin de le maintenir à l’abri de l’humidité et des rayons UV mais dans ce cas là, le vétérinaire doit donner un avis.



Ces petites pathologies, souvent bénignes peuvent toutefois faire souffrir le cheval voire même le faire boiter. Il convient donc d'être attentif puisqu'une fois que la gale de boue s'installe, la faire partir est parfois long et fastidieux !

Je profite aussi de l'article pour rappeler qu'un parage de qualité est la base de tout bon pied !


Enregistrer un commentaire

0 Commentaires