L'equifeel : une discipline qui mise sur la complicité

http://crottins-and-co.blogspot.com/2017/05/lequifeel-et-complicite.html

Ce qui est merveilleux avec l'équitation c'est les disciplines sont très nombreuses et il existe une multitude de possibilités pour pratiquer notre passion. M'intéressant de plus en plus à ces disciplines un peu moins médiatisées que les classiques CSO, CCE et dressage, j'ai découvert l'equifeel. C'est donc assez naturellement que j'ai décidé de vous en parler.

L'equifeel est une discipline reconnue par la FFE et qui se base sur la communication et la complicité entre le cheval et son cavalier. Elle se pratique à pied et le cavalier doit réaliser une série de tests ludiques en respectant un contrat qu'il fixe avant l'épreuve (et qui correspond à un niveau de difficulté).
Le matériel utilisé dans cette discipline est assez simple : il nécessite une longe de 3,70 m, un licol (plat ou en corde) et un stick (avec ou sans cordelette). Donc, la bonne nouvelle c'est que c'est à la porté de n'importe quel cavalier !
Stéphanie Olivrain, exercice en liberté. Source : ici
Ce qui me plait avec cette discipline, c'est qu'elle permet au couple cheval-cavalier de varier un peu des exercices quotidiens. De plus, la pratique de l'equifeel est un bon moyen pour rappeler au cheval les bases de son éducation (respect du cavalier à pied notamment). En effet, les exercices les plus fréquemment rencontrés sont : le reculé, l'immobilité et la mobilisation des pieds. Certaines épreuves imposent aux cheval de faire preuve d'un grand calme et d'une confiance totale envers l'humain.
Finalement ce que j'aime en equifeel c'est le fait qu'on propose au cheval de se joindre à nous pour faire de petites sessions de travail avec des objectifs à difficulté variable. On n'est jamais perdant, on apprend toujours et l'equifeel apprend aux cavaliers à observer leur cheval et à accepter les réponses qu'il nous donne, même si elles ne correspondent pas à 100 % à nos attentes.

Traversé d'une zone en eau. Source : ici
Pour que vous compreniez mieux de quoi il s'agit je vais vous détailler un exercice : celui de la bâche. Une grande bâche carrée est placée au sol avec un plot à chaque angle. Trois contrats sont possibles, reflétant trois niveaux de difficulté :
  • en 10 points : le cavalier part de la zone de départ avec son cheval, traverse la bâche et vient s'arrêter en zone d'arrivé. Le tout avec licol et longe ;
  • en 15 points : l'exercice est le même mais le licol et la longe sont reliés par un élastique. De plus, le cheval doit marquer un arrêt de 5 secondes sur la bâche et le cavalier ne doit pas marcher dessus ;
  • en 20 points : idem qu'en 15 points mais en liberté (plus de licol/longe).

Déplacement latéral en liberté. Source : ici

Les compétitions sont ouverte à tous les cavaliers, même les plus jeunes. Cependant, ceux qui ont plus de 12 ans doivent avoir au minimum un galop 2. Les chevaux peuvent concourir à partir de 4 ans. Le règlement est consultable sur le site de la FFE en cliquant ici.
Je ne pratique par l'equifeel en compétition mais les exercices de travail à pied que je fais avec Berkeim s'en rapprochent fortement. Peut être qu'un jour vous me croiserez au détour d'une compétition !

Pour en savoir plus je vous invite à lire l'article dédié à la discipline sur le site sansmors mais aussi à consulter le site equifeel-partage ou la page Facebook associée.

Enregistrer un commentaire

2 Commentaires

  1. Dans le même ordre d'idée, sans stick, il y a l'équility... Les deux disciplines me plaisent beaucoup dans leur philosophie...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je compte aussi rédiger un article au sujet de l'équility. Moi aussi ce sont des disciplines qui m'intéressent :)

      Supprimer