Réfléchir avant de soigner

By Audrey - 21.12.16


En tant que cavalière et propriétaire de surcroît, il m'arrive de traîner sur les réseaux sociaux et autres forums pendant mes longues soirées d'hiver. On y lit des choses parfois drôles, parfois effarantes et parfois atterrantes. J'essaye autant que possible de ne pas juger, ce qui m'est difficile mais je travaille beaucoup là dessus parce que je suis certaines qu'on a tous le même but dans notre petite bulle de cavalier : le bien être de nos compagnons (et ceux qui montrent ouvertement le contraire ne sont pas dignes d'intérêt et ne me provoque qu'une crise de dégoût).


Ce qui motive la rédaction de cet article c'est la lecture d'un post sur Facebook où une cavalière était inquiète de l'état d'un pied de son cheval (un postérieur qui présentait une belle fente depuis la fourchette jusqu'à entre les glomes). Elle avait eu pour conseil de son maréchal d'appliquer du goudron avant qu'il ne vienne mais elle voulait des retours d'expérience et d'autres avis.

Déjà je ne comprend pas qu'on puisse encore conseiller l'utilisation du goudron alors qu'on sait (et il y a de nombreux articles et ouvrages qui traitent du sujet) qu'il est bien plus néfaste qu'utile. On ne le répétera jamais assez mais le goudron bloque toute interaction entre le pied et l'environnement, donc plus d'hydratation par le contact avec un sol humide mais surtout il enferme dans le pied tout ce qui s'y trouve. Si on met du goudron sur une pourriture des fourchettes, on va juste bloquer les bactéries responsables de la pathologie là où elles se trouvent, sans possibilité de sortir du pied. Elles vont pouvoir proliférer bien tranquilles à l'abri de l'air. Mais là n'est pas vraiment le débat, certains maréchaux que j'appelle "de la vieille école" en utilisent toujours et je trouve dommage que des professionnels ne se tiennent pas au courant de l'évolution des connaissances dans leur propre domaine.

Bref, revenons-en à notre post Facebook, avec cette pauvre propriétaire qui ne sait pas quoi faire pour sa jument. En lisant les commentaires je me rend compte que de très bon conseils lui sont donnés afin de limiter le problème en attendant qu'un professionnel vienne poser un diagnostic et que la juju puisse être soignée durablement.
MAIS j'ai aussi lu des atrocité qui m'ont fait bondir ! Au delà du goudron qui est historiquement utilisé sur les pieds des chevaux, j'ai été choquée de lire des personnes recommandant l'application de javel ("ça peut piquer la jument alors attention à sa réaction") ben oui ça peut piquer la jument, la javel est un irritant très puissant ! Bien sur que ça va piquer la jument... 


En plus de ça, la javel libère du chlore qui peut s'associer avec d'autres molécules naturellement présente dans l'environnement pour créer des organochlorés toxiques et extrêmement persistants (non biodégradables et avec une espérance de vie très élevée). Et tout ça pour quel effet sur le pied ? Bonne question, sans doute pour détruire toute trace d'agent biologique. Oh wait ? Le cheval est biologique donc ça l'attaque aussi.
Autre recommandation qui là, m'a réellement laissée sans voix : utiliser du formol. Du putain de FORMOL ! Mais attention "mets bien des gants et des lunettes de protection". Alors ça va peut être sembler bête mais si pour manipuler un produit qu'on doit appliquer directement sur la peau de notre cheval il faut se munir de protection c'est que ledit produit n'est pas adapté pour le cheval. Un cheval c'est  biologiquement constitué de la même façon que nous : même plan d'organisation avec un cerveau, un système digestif, un système circulatoire et un système respiratoire, de la peau, des poils, des cellules qui ressemblent de très près aux nôtres, etc. Ce qui est dangereux pour nous, l'est aussi pour eux. Au delà de tout ça le formol est interdit à la vente en France depuis une dizaine d'année parce qu'il est lui aussi très irritant mais surtout parce qu'il est cancérigène (et donc hautement néfaste pour l'environnement).

Encore une fois je suis persuadée que si les propriétaires conseillent ce genre de remède c'est sans doute parce qu'ils en ont entendu parler ou qu'un pro leur a initialement conseillé. Dans tous les cas j'aimerai que les gens s'interrogent un peu sur les produits qu'ils utilisent sur leurs chevaux. Pourquoi se tourner vers des molécules agressives quand on peut avoir recours à des méthodes plus douces, naturelles et tout aussi efficaces ? Je pense qu'elles sont moins bien connues et peuvent paraître plus mystérieuses et pour ça je vous parlerai bientôt de quelques ouvrages 😉




Je profite de l'article pour vous dire que si vous rencontrez une pourriture des fourchettes vous pouvez vous tourner vers l'huile de cade ou l'huile essentielle de tea tree qui sont antifongiques et antibactériennes et qui nettoieront les pieds sans l'agresser.

  • Share:

You Might Also Like

0 commentaires