Incohérence : ce qu'on apprend et ce qu'on fait

By Audrey - 14.4.16

Troupeau - Jeremy Ricketts

Je me suis surprise à penser à un sujet récurrent en ce qui concerne le monde du cheval, à tel point que j'en rédige cet article. Je voudrai parler des incohérences fortes qui existent entre ce qu'on nous apprend depuis notre première leçon et ce qui est mis en application par les propriétaires, centres équestres et autres clubs d'équitation. J'en ai recensé trois mais il en existe encore bien d'autres.

La vie en troupeau
Je me souviens bien que très tôt quand j'ai commencé à monter en club, on m'a dit que le cheval est un animal grégaire. Du haut de mes 9 ans, j'ai appris ça, sans vraiment comprendre. Plus tard j'ai demandé des explications sur ce terme énigmatique et c'est la qu'on m'a dit que ça signifiait simplement que le cheval doit vivre avec d'autre chevaux. 
Dans mon premier club c'était le cas donc je ne me suis jamais posée de question à ce sujet. En grandissant et en retournant prendre des cours, je me suis aperçue que ce concept, pourtant présenté comme fondamental, était loin d'être respecté. J'en viens donc à ma seconde incohérence...

La vie en extérieure
En plus de vivre en groupe, le cheval doit pouvoir se déplacer sur de grandes distance pour rester en forme et maintenir ses fonctions biologiques en bon état. Là encore, le retour en club me frappe. Si les chevaux ont accès à un champ, il est souvent trop petit et donc piétiné. L'herbe n'y pousse plus et cet espace de détente se transforme tantôt en pataugeoire boueuse, tantôt en désert fumant. Bref, pas l'idéal pour un herbivore ! 
Ce n'est pas encore désertique mais ça le devient plus vite qu'on ne pense
Ne parlons même pas des chevaux qu'on enferme dans des boxes, je n'ai jamais compris l'intérêt d'une telle pratique. On réduit la possibilité de mouvement au minimum, on prive le cheval d'herbe et on le cloisonne. Ceux qui me rétorqueront que je suis bien bête puisque ces chevaux sont chouchoutés et puis qu'il sortent quand même ! Oui, pour être monté, dans une carrière ou un manège, ou pour être mis au marcheur. C'est sur que faire des cercles dans une machine en féraille c'est sain !

Le cheval à besoin de contacts sociaux
Parfois on s’emmêle !
Il suffit d'observer un petit troupeau pour comprendre l'importance des liens sociaux chez le cheval. L'arrivée d'un nouvel individu peut totalement bouleverser la hiérarchie établie et modifier les affinités. 
Les chevaux sont rarement seuls et même les plus solitaires sont contents de trouver un copain pour faire office de chasse-mouches.
Finalement, cette petite réflexion rejoint mon premier point : le cheval est grégaire, il a besoin de vivre avec ses congénères.




A vos réflexions ! Je les attends en commentaire pour en discuter.

  • Share:

You Might Also Like

8 commentaires

  1. Concernant la vie en box, bien que je ne sois pas spécialement pour, je comprends qu'un cheval qui vaut 30 000 euros ou plus, on ai pas envie de le savoir la nuit dehors, on ne sait jamais .. Mais je ne conçois pas qu'ils fassent juste box/marcheur/travail, un cheval doit pouvoir aller au paddock, brouter, se rouler, partir plein cul si ça lui chante..

    Ensuite pour le reste, je ne sais que dire. Quand j'entends certaines personnes me dire "t'as de la chance toi, t'as des gentils chevaux qui peuvent vivre en troupeau".. J'ai juste constitué mes troupeaux de la sorte qu'il n'y ai pas d'agressivité excessives, j'ai pris le temps avec les chevaux qui n'ont connu que le box en le mettant avec un cheval sympa avant de l'intégrer,.. bref, entre les chevaux handicapés sociaux parce qu'on les a privé de la possibilité de s'exprimer & d'entrer en contact avec d'autres chevaux & ceux qui sont incapables de comprendre le langage des chevaux ..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est exactement ça, je comprends les proprio qui possèdent un cheval qui vaut les yeux de la tête mais pour moi le pire c'est de voir l'animal privé de tout contacts sociaux alors que c'est primordial pour lui. C'est pas en ayant deux voisins de box qu'il va pouvoir interagir...

      Ah c'est sur que constituer un troupeau c'est compliqué ! On a une jument hyper dominante de base qui était très mauvaise avec les autres mais maintenant ça se passe très bien. C'est elle qui fait la loi mais il n'y a pas de soucis avec les autres.

      Supprimer
  2. Que c'est bon de lire cela! Bien qu'en découvrant ton blog, on se doute bien que le box ne fait pas partie de ton "matériel":) Je pense que si tant de chevaux vivent en box enfermés, c'est d'une part pour question d'argent: plus de chevaux demandent plus de prairie.. (quand on voit le coût des terrains dans certaines régions.. oups), des chevaux "de valeur" (économique s'entend) font craindre des pertes et des vols à leurs propriétaires et gardiens (quoi qu'un box n'ait jamais dissuadé un voleur de chevaux), et puis, de temps! Quand il faut aller chercher DoudouSurSabots au fond de son paradis herbeux, le convaincre de suivre pour aller travailler, le débarasser de sa couverture façon bain de boue, et puis, après le boulot, le ramener au fond de son paradis... ça dissuade, non pas les amoureux des chevaux, mais les accros de l'équitation qui constituent une belle part de la clientèle des manèges. Et que dire des pros qui ont oublié, par la force du temps et de l'argent, qu'un cheval n'est pas en sucre et ne fond pas sous la pluie... ? Bref, j'aime ton article et je souhaite un retour à la vraie vie pour tous ces chevaux qui n'y ont plus accès. A bientôt, Horses Hints

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas quoi rajouter à ton commentaire, je suis 100 % d'accord avec ce que tu as écrit !

      Supprimer
  3. Je suis totalement d'accord avec ton article, et pourtant... Dans certaines régions ce n'est pas facile de trouver un hébergement extérieur avec la possibilité de monter dans une carrière plus ou moins sympa...
    Les 5 hectares dans lesquels se trouve mon cheval risquent d'être vendus d'ici quelques années... joie :-( J'ai l'impression que le nombre d'équidés et de propriétaires augmente, alors que petit à petit les terrains verts diparaissent... :-(

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ça c'est sur que c'est un grand problème ! Pendant pas mal d'année les communes ont cherché à bâtir des lotissements un peu partout en grignotant des terres agricoles impliquant un prix du sol qui grimpe et plus de place pour nos loulous... Cependant depuis quelques temps les documents d'urbanisation limitent cet étalement urbain (normalement).

      Je ne sais pas si le nombre de propriétaires augmente mais les chevaux sont de plus en plus parqué dans des box ou dans des paddock ridiculement petits faute de mieux. C'est triste.

      Supprimer
    2. Le point positif c'est que les gens veulent de moins en moins avoir leurs chevaux en box. Mais si en parallèle les places en prairies deviennent rare, c'est dommage. En effet, espérons pour les chevaux que les lotissements soient limités...

      Supprimer
  4. J'ai l'impression d'avoir la même vision du cheval que toi mais pas du tout la même histoire.
    C'est certains qu'un cheval a besoin d'au minimum un compagnon pour vivre sereinement.
    Je fais construire ma maison sur un terrain de plus de 2ha pour pouvoir avoir mon cheval près de moi (mon rêve depuis toujours) et je n'aurais jamais envisager de le changer de près ou il est actuellement en petit troupeau avec 3 autres chevaux/poneys pour le mettre seul près de moi. C'est pour cela que j'ai réserver une petite pouliche au sevrage elle arrivera en fin d'année quand j'habiterais dans ma futur maison et que les clôtures et abris seront fait. Je sais pourtant que la vie qu'il a actuellement est géniale en troupeau et que je sa va le chambouler de changer de près, de passer de 3 copains a une seule.. Mais je me dit que dans quelques années il y aura un troisième cheval quand il prendra de l'âge (il a 9ans) pour prendre sa relève et pourquoi faire faire un poulain a ma futur ponettes si financièrement je peut me permettre de gérer 2 chevaux et de poneys A.
    Tous ça pour dire que je pense que les personnes qui mette leur chevaux en box ne pense pas réellement comme nous. Le sport passe avant le bien être pour eux ou avant le coté pratique.
    Mais pour moi avoir un cheval s'est avant tout pensée a son bien être avant de pensée a soi et de faire preuve d'égoïsme en privilégiant les solutions "faciles".

    RépondreSupprimer